Expropriation à bon marché!

 

Dans le reportage suivant  de Radio-Canada, vous verrez comment le ministre Coiteux et le ministre Heurtel se positionnent en regard  des commentaires reçus lors des assemblées publiques obligatoires pour le projet de décret.

On exproprie les plus pauvres

avec allégement partiel du fardeau pour ceux qui ont des terrains ayant une certaine valeur!    Mais le maximum que vous pouvez recevoir sera toujours de 250,000 au maximum.

Encore de légère modification pour faire passer la pilule de l’expropriation des plus pauvres!   Bon on perdra moins sur la valeur du terrain si notre évaluation de maison est très basse et qu’on se fait déloger de notre quartier,  est-ce vraiment une bonne nouvelle?

Maintenant qu’on tient compte du coût de reconstruction de la résidence pour l’évaluation, certains pourront reconstruire alors qu’ils ne le pouvaient pas en tenant compte de la seule évaluation municipale du bâtiment.   Aussi on entend que la reconstruction pourra se faire avec des solages hydrofuges comme pour les maisons qui ont été construit avec les règles d’avant 2013 et qui ont très bien résisté à l’inondation avec ces mesures de protection.

Malgré cela, il semble que notre gouvernement insiste sur la délocalisation des maisons qui sont dans le 0-20 ans.   Est-ce que les citoyens de Laval-Ouest et Fabreville-Ouest  qui sont construits dans cette zone pourront bénéficier d’une certaine exception puisque les infrastructures municipales sont présentes et que nous avons un quartier  bien installé ou le domaine bâti dépasse les 75%?  (Comme la politique de protection des plaines inondables et des rives le prévoyait!)   On nous laisse entendre cela mais, comment se fier à nos dirigeants qui font tout pour exclure les citoyens concernés depuis déjà un certain temps.   De plus en plus difficile de croire aux bonnes intentions…  dans ce contexte la grogne s’installe!

Va-t-on exproprier les victimes des feux de forêt puisque cela est aussi en partie dû aux changements climatiques et qu’ils vivent dans des endroits à risque?   Fera-t-on la même chose avec les victimes des îlots de chaleur?    Et s’il y a sècheresse, laisserons-nous des villages ou des villes sans appui?    Le réchauffement apporte des éléments de perturbation qui touchera plusieurs groupes de citoyens alors vaut mieux y penser à deux fois avant d’établir des politiques à long terme qui écraseront les citoyens.   Les conflits sociaux pourraient venir très vite si on fait n’importe quoi!   Quand le feu est pris dans la maison,  qu’il y a urgence, ce n’est pas le temps de réfléchir longuement à ce qu’on pourrait sauver si on va vite.

La stratégie de passer les mauvaises solutions pendant la période de vacance n’a pas fonctionnée cette fois puisque les citoyens inondés n’ont pas de vacance cette année!   Alors, ils sont là et espère un peu mieux de nos représentants.

Voici ce qu’en disent les sinistrés de plusieurs régions suivant cet autre article de Radio-Canada:

On tente de nous exproprier à peu de frais!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *