Les réactions des inondés se ressemblent d’une région à l’autre!

La rencontre du 10 juillet  avec les représentants du Mamot et de la sécurité publique ont permis à plusieurs citoyens de manifester leur mécontentement face à la lenteur des procédures amorcées.   Plusieurs craignent qu’à ce rythme; ils devront passer l’hiver sans isolation!   On se demande pourquoi seulement deux firmes d’évaluateurs ont été retenues pour faire les 5000 évaluations de résidences.

Lorsqu’on vérifie dans la salle, quels sont les propriétaires qui ont reçu leur évaluation, il n’y a pratiquement personne qui lève la main.   De toute évidence, il y a des améliorations à apporter dans ce processus d’évaluation.

On se plaint également du flou des réponses reçues!   Dans ce contexte tendu la consultation sur le décret passait un peu à l’arrière dans les préoccupations des gens.  L’explication du décret était un peu bancale comme si on ne savait pas trop à quoi servait ce décret.  Une réponse  est venue et c’était que cela servait à uniformiser l’ensemble des villes dans l’application de la loi sur la protection des rives et des plaines inondables.   Tout le monde pareil!   On veut faire déménager tous ceux qui ont plus de 50% de la valeur inscrite à l’évaluation municipale, autrement dit, exproprier les résidences en zones 0-20 ans en mettant des plafonds à la somme versée via la sécurité publique.    C’est désolant à voir.

Évidemment pour ceux du Comité qui rencontrons sporadiquement  les représentants de la ville afin de clarifier l’application des règles en zone 0-20 ans et qui voulons depuis l’application du décret de 2013 assouplir les règles dans les zones dite de plaines inondables, il nous apparaît que le décret récent ne fait que reproduire la loi actuelle en ajoutant des pouvoirs à un comité dit d’expert de l’environnement et de la gestion des eaux, et de l’aménagement urbain pour évaluer les demandes d’exceptions que les villes voudraient accorder.   Et si cela ne suffit pas à mettre tous les freins, on ajoute un outils qui permet au ministre d’ajouter les critères qu’il jugera pertinents.

ET si on se fit à l’expérience passée ce processus sera long pour finir le plus souvent à rien.

Si vous êtes intéressé à voir ce que les gens des différentes régions en pensent, vous serez surpris de voir que les plaintes sont très similaires d’une région à l’autre.

Voici quelques liens:

Réaction des citoyens de Gatineau

ET voilà un maire qui soutient sa communauté; voici la lettre qu’il adressait à David Heurtel et Martin Coiteux;   Le maire de Gatineau a la même problématique que nous,  il constate comme nous, que le récent décret mène à une expropriation.   Plus on y pense, plus c’est évident.  Pourquoi ne pas défrayer le plein coût d’une expropriation dans ces conditions?

Modification du décret zones inondables 2017-07-19

Lettre du maire de Gatineau

En savoir plus…

On est au bout!

Le Devoir Nouvelles,  Inondations Printanières, Laxisme et irresponsabilité, Auteur Robert Dutrisac, Le Devoir

 

Donnez-nous vos commentaires!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *