Les citoyens, le maire et les autres!

On se répète de plus en plus…
On fait du sur place…

Quelquefois on doit se répéter lorsque l’on échange avec des personnes qui ne veulent pas entendre.   La rencontre du 25 mai avec les représentants de la ville en est un bon exemple.  On répond des généralités, on réfère aux spécialistes, mais le nécessaire appui à une démarche de résolution de problème pour les zones inondables et pour l’atténuation des règles de construction dans des quartier à forte densité de population ne semble pas être pris très au sérieux lorsqu’on nous répète constamment que l’on doit faire des règles générales pour tout le monde et que le problème dépasse la ville et qu’on a déjà dépensé 1 million pour ajuster les cotes de cru qui étaient biaisées.    Il est vrai que le problème implique le ministère de l’environnement mais on a besoin de sentir que le maire est derrière nous ou peut-être même, devant nous, pour nous défendre face aux excès de certains penseurs qui généralisent à outrance des idées qui ont certains fondements.

Et puisqu’il faut se répéter, voilà un article écrit récemment dans notre facebook:  (Je me permet d’ajuster certains éléments.)

Selon les règles actuelles, votre résidence ne doit pas avoir plus de 50% de sa valeur en rénovation car dans ce cas, les règles municipales vous interdisent de reconstruire dans la zone 0-20 ans.  De plus, nous n’avons pas le droit de rehausser le terrain afin de se protéger des inondations.   Cela fait des années que nous tentons de protéger les résidents des zones 0-20 ans afin qu’ils puissent maintenir leurs acquis.  Si on appliquait les normes des maisons construites avant le décrèt de 2013 pour la reconstruction tout le monde serait gagnant!   Aucun changement pour l’environnement car il s’agit d’inondation centenaire et la plaine inondable est asséchée et est de catégorie la plus légère car les inondations sont rares.    La ville pourrait maintenir les taxes en limitant le développement futur mais sans écraser ses citoyens actuels.   Le gouvernement du Qc serait aussi gagnant car si on reconstruit en appliquant des critères de protection comme l’élévation des maison plus haut que les cotes centenaires, qu’on hydrofuge les fondations, qu’on permette de protéger en montant le terrain autour de la maison; on aura plus à dédommager les citoyens des zones inondables dans l’éventualité d’une inondation futur.   Les maisons les mieux protéger sont celles qui respectaient ces critères, jetez un coup d’œil aux vidéos et aux photos pour le constater.  

Encore une fois le radicalisme idéologique qui esquive les données factuelles, la lenteur de réaction et le manque d’écoute de toutes les instances municipales et provinciales vis-à-vis les citoyens coûtent cher à tous!   On nous force à réagir!

Le gros bon sens se perd:

Pourquoi ne pas appliquer les solutions simples qui fonctionnent pour tous?   Est-ce qu’on se perd dans une règlementation qui ne tient pas compte des différences entre les milieux écologiques?   Oui, il faut appliquer des règles qui sont ajustables selon les lieux.   Le mur à mur en écologie n’est pas une option valable. Les systèmes d’équilibre sont variables!

UN Rappel:

Si on décidait plutôt de remblayer les terrains de ce 30 cm, on obtiendrait un volume total d’eau de : 650 m ² par terrain, fois 700 terrains, égale 455 000 m ², fois 30 cm pour un résultat de 136 500 m³ d’eau qui, une fois étalée sur le même bassin, représenterait une élévation de 3.22 cm, soit 1 pouce et 1/4. Temps d’évacuation de 2 minutes 41 secondes.   L’argument à l’effet que cela crée des problèmes ailleurs en aval de la rivière est pour le moins  peu probable dans le contexte d’une rivière beaucoup plus large que celles qui ont inspirées la politique nationale lors du débordement du Saguenay.  Nos calculs le démontrent!    Encore une fois on demeure dans des généralités qui n’en sont pas.  La rigueur devrait être de mise lorsque l’on veut disposer des résidences des citoyens.

Pour plus de détails sur ce calcul, consulter l’article suivant:

Laval-Ouest et son bassin d’épanchement     (Vous devez cliquez sur le titre de l’article pour avoir l’article complet qui est archivé)