Archives de catégorie : Zones Inondables

Tout ce qui concerne les zones inondables; cotes de crue, règles municipales, loi environnementale, etc

date limite pour modification des Zones d’interventions spéciales

Limite des modification des zones d’interventions spéciales (ZIS).

Plus que quelques jours avant la date butoir du 19 août 2019,  tel que précisé par la ministre, c’est à cette date que les corrections concernant la carte des zones inondables d’interventions spéciales ne seront plus acceptées.

Donc si vous n’avez pas été inondé en 2017-2019 et que votre demeure est dans la zone indiquée sur la carte à jour du ministère, vous devez vous manifestez au plus vite car après cette date, il sera trop tard.  Vous serez soumis à des règles très restrictives concernant votre résidences. 

La ministre dit dans une entrevue à Radio-Canada du 7 août que 2 mois ont été très suffisants pour permettre à tous les citoyens et aux villes concernés de réagir et de faire valoir leur contestation.   La stratégie des ministères concernés (affaires municipales et environnement) a été de couvrir plus large et de forcer les citoyens à corriger le tir.  Si vous êtes de ceux qui ne réagissent pas, vous aurez l’obligation de vous soumettre à la carte telle que définie actuellement.  Cela implique plusieurs restrictions concernant votre résidence allant même jusqu’à l’obligation de démolir plutôt que de faire des réparations majeures dépassant 50% du coût neuf de la construction.

Pour voir la dernière carte à jour et pour plus d’informations vous pouvez consulter la carte à jour du ministère de l’Environnement et Lutte contre les changements climatiques en suivant ce lien :

http://www.cehq.gouv.qc.ca/zones-inond/zone-intervention-speciale.htm

Comment procéder?

(Attention pour évaluer votre situation particulière, il faut cliquer sur la première carte dans la page, car les autres cartes sont antérieures. Cette carte est la carte provinciale active.  Ensuite en pressant sur + et en glissant la souris, vous pouvez vous approcher de votre secteur de Laval jusqu’à votre lieu de résidence ou simplement entrer votre adresse dans le volet de recherche (loupe).  Il faut aussi savoir que si vous êtes déjà considéré dans la zone 0-20 an, vous êtes aussi intégré dans la zone d’intervention spéciale même si ce n’est pas évident sur la carte.  C’est à vous de démontrer que vous n’avez pas été inondé en 2017-2019, les photos aériennes disponibles à la ville seront un appui certain.

Aussi la procédure à suivre pour les citoyens qui sont par erreur encore dans la ZIS et qui désirent contester, est de signifier à la ville votre intérêt d’être retiré de la zone d’intervention spéciale en envoyant un courriel à zislaval@laval.ca

Advenant une erreur, les instances municipales feront le lien entre les ministères et vous s’ils considèrent que vous avez raison de contester. 

Pour tous les citoyens qui auront communiqué avec la ville et qui font par erreur partie de la ZIS, la ville va préparer un dossier complet avec cartographie/ photographie aérienne, signée par le service de l’urbanisme et va transmettre le tout au gouvernement pour décision finale.  On vous demandera aussi si possible des photos datées qui démontrent que vous n’avez pas été inondé, une indication du plus haut niveau d’eau qui a touché à votre propriété (si cela est possible), fournir la différence entre le niveau de votre terrain et le niveau du cours d’eau à proximité pour les dates de crues majeures. (Au besoin référez-vous à nos articles dans la section Zone Inondable.)

Aussi pour toute question, n’hésitez pas à communiquer à la ville de Laval avec Madame Stéphanye Dicaire  au 450-978-6888, poste 5480 ou Madame Carolina Gordillo, poste 5481.

Par ailleurs, pour plus de détails sur le décret 817-2019 aux Affaires municipales et Habitation cliquez sur le lien suivant:

https://www.mamh.gouv.qc.ca/ministere/inondations-printanieres-2019-zone-dintervention-speciale/

Pour une version plus simple et moins technique, vous pouvez vous référer au lien suivant :

http://www.cehq.gouv.qc.ca/zones-inond/Zis-en-7-questions.pdf

Bonne continuité à tous,

Christian Auger

Une digue temporaire à laval-ouest

L’écho de Laval

Actualités Actualités

24 avril 2019

Mise à jour des inondations à Laval en date du 24 avril

Installation d’un réseau de digues à Laval-Ouest

Environ 775 mètres linéaires de digue commenceront à être installés à Laval-Ouest afin de tenter de protéger un secteur résidentiel de la montée des eaux de la rivière des Mille Îles. Ces digues seront constituées d’aquabarrières (ballons remplis d’eau) et de sacs de sable.

L’étude réalisée sur le terrain par le Service de l’ingénierie de la Ville de Laval a permis d’identifier une zone reconnue problématique, mais dont la configuration du terrain permet l’implantation rapide de cette mesure supplémentaire de protection en périphérie de la rue Riviera et de la 20e Rue.

Vous pouvez lire l’article complet en suivant le lien ci-dessous:

https://www.lechodelaval.ca/actualites/actualites/361865/mise-a-jour-des-inondations-a-laval-en-date-du-24-avril?

Inondation prévisible!

Encore une fois, nous aurons cette année des inondations dans le secteur ouest de Laval, je vous invite à suivre le lien suivant pour plus d’information;  https://www.facebook.com/www.cclo.ca/?

Vous pouvez aussi consulter l’information de radio-canada qui précise les intentions du gouvernement Legault concernant les citoyens des zones inondables;

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1164402/tornade-innondation-sinistre-programme-aide-quebec-legault-guilbault

Forum inondations 2017 (Les 6-7 octobre)

Forum inondations 2017

(Les 6-7 octobre)

 

»Le gouvernement du Québec tient le Forum Inondations 2017 : Ensemble, planifions l’avenir autrement, les 6 et 7 octobre 2017, à la Société des arts technologiques de Montréal.

Ce forum est l’occasion d’une réflexion en profondeur pour planifier l’avenir autrement et relever le défi d’une meilleure résilience face aux inondations dans un contexte d’adaptation aux changements climatiques.

Des experts venus du Québec, d’ailleurs au Canada ainsi que de l’étranger alimenteront cette réflexion en présentant des pratiques gagnantes qu’ils ont explorées.  Ils échangeront avec les membres de la table principale, présidée par le ministre David Heurtel, composée de représentants du gouvernement, de décideurs municipaux et régionaux, de scientifiques et de membres d’organisations non gouvernementales et de communautés autochtones. »

Lien d’information Forum Inondation 2017

(Avis aux intéressés; ce forum sera diffusé sur le web à partir du site principal.)

Nous espérons que dans ce contexte d’analyse et de réflexions à long terme, qu’on laissera une place prépondérante aux nuances et aux particularités des différents territoires.   Si on ne retient que de grandes généralités; les solutions seront inadéquates pour répondre aux enjeux qui se manifestent à nos portes.

S’attendre à des précipitations en abondances par moment et à des temps de sécheresse à d’autres moments est une des particularités de la grande région sud du territoire du Québec selon le consensus scientifique du  rapport Ouranos.   Aussi le rapport Ouranos nous informait d’une probable réduction des précipitations sur le sud du Québec sur une période annuelle.    Il faudra aussi tenir compte des grandes différences entre ce qui se passe dans la région de Montréal versus la Côte-Nord ou la Gaspésie par exemple.   Se rappeler que l’élévation probable de l’océan Atlantique ne peut pas avoir d’effet direct sur notre région qui est à 23 mètres au dessus du niveau de la mer.   En bordure des océans, il y a déjà des changements qui s’imposent d’année en année et cela demande des mesures particulières d’adaptation.  Par ailleurs, lorsque l’on discute des changements climatiques et leurs effets dans les terres intérieurs et les rivières, il en va autrement, et cela demande des adaptations différentes comme la gestion de surface des eaux de pluie à titre d’exemple.   Il faut aussi savoir tenir compte des particularités comme la largeur des rivières, les barrages, les possibilités d’évacuations naturelles de l’eau, etc.

Je crains que l’on fasse ce qui est trop souvent le cas; des raccourcis intellectuels qui ne feraient qu’amener de fausses solutions qui auront des effets plus néfastes que les changements climatiques comme tel.   Les mauvaises solutions pourraient amputer une partie importante des énergies réellement nécessaire à des ajustements futurs.   Autrement dit, il ne faut pas se précipiter à cause de l’inondation spectaculaire de ce printemps.  Vaut mieux réfléchir à long terme et évaluer la régularité probable de ce phénomène.

Peut-être avons-nous eu une inondation centenaire et cela nous a fait peur…

Dans ce contexte, les conclusions trop hâtives auxquelles sont arrivées trop d’intervenants m’inquiètent autant que les changements climatiques.    Agir avec sagesse demande une certaine retenue et un regard plus rigoureux!   Laissons une grande place aux analyses scientifiques et surtout évitons de trop simplifier les choses car notre adaptation optimale en dépend.    Et comme vous le savez déjà les mauvaises solutions peuvent coûter très cher tant financièrement qu’humainement et cela sans garantie de résultat.  Et nous devrons par la suite arriver à des solutions plus adéquates qui coûteront encore une fois très cher…

Déjà l’annonce d’un regard sur ce qui se fait ailleurs semble indiquer  des options qui devront s’ajuster en fonction de critères précis tels que le type d’environnement dans lequel a lieu une inondation.   La variabilité des environnements doit toujours être tenue en compte dans l’adoption de solution.   Il faut sortir des grandes généralités si l’on veut mieux s’adapter aux changements en présence.

On verra ce qui sortira de ce forum, en attendant je croise les doigts pour qu’il y ait place à une démarche sage.

Merci

Entraide sinistrés!

20e Rue, Laval-Ouest, photo Christian Auger

Suite à la demande de plusieurs sinistrés, nous tentons d’établir des ponts entre les citoyens afin de favoriser l’entraide et de clarifier les enjeux actuels!

Certains citoyens semblent réussir mieux, tandis que d’autres ont l’impression de faire du sur place et que rien ne bouge.

Qu’est-ce qui fait la différence?

Quels sont les meilleurs chemins pour atteindre un résultat un peu plus rapide?

Puisque nous voulons des discussions entre les participants, les groupes seront composés de 15 personnes.  L’inscription à ces rencontres est obligatoire pour une meilleure planification.   Envoyez un courriel à entraide@cclo.ca et inscrivez »entraide » dans l’objet du message, de plus indiquez votre numéro de téléphone afin que nous puissions vous informer des autres dates de rencontres éventuelles dans l’éventualité ou ce groupe serait déjà complet.

À très bientôt!

 

Mesures d’allégements des frais de camps d’été pour les sinistrés!

Mesures d’allégements des frais de camps d’été pour les sinistrés!

L’Association des camps du Qc annonce que les familles ayant subi des inondations printanières peuvent demander un retour sur les dépenses associées au camp de l’été 2017.

Si vous souhaitez obtenir plus de détails, vous devez cliquer sur le lien suivant:

Association des camps du Qc 

Vous avez jusqu’au 1 octobre 2017 pour faire la demande.

RÈGLES ET CONDITIONS D’ADMISSIBILITÉ

Pour être éligible à la mesure d’allègement financier, vous devez remplir les conditions suivantes:

  1. Faire partie des familles touchées par les inondations du printemps dernier, sous le terme « sinistré » tel que défini et confirmé par le ministère de la Sécurité publique.
  2. Avoir effectué l’inscription et le paiement d’un séjour en camp lors de la saison estivale prévue entre le 19 juin et le 3 septembre 2017.
  3. Compléter, signer et retourner le FORMULAIRE DE DEMANDE DE SOUTIEN FINANCIER au plus tard le 1er octobre 2017 à l’ACQ.
  4. Joindre au Formulaire de demande de soutien financier toutes les pièces justificatives requises au plus tard le 1er octobre 2017.

Voilà!

Les réactions des inondés se ressemblent d’une région à l’autre!

La rencontre du 10 juillet  avec les représentants du Mamot et de la sécurité publique ont permis à plusieurs citoyens de manifester leur mécontentement face à la lenteur des procédures amorcées.   Plusieurs craignent qu’à ce rythme; ils devront passer l’hiver sans isolation!   On se demande pourquoi seulement deux firmes d’évaluateurs ont été retenues pour faire les 5000 évaluations de résidences.

Lorsqu’on vérifie dans la salle, quels sont les propriétaires qui ont reçu leur évaluation, il n’y a pratiquement personne qui lève la main.   De toute évidence, il y a des améliorations à apporter dans ce processus d’évaluation.

On se plaint également du flou des réponses reçues!   Dans ce contexte tendu la consultation sur le décret passait un peu à l’arrière dans les préoccupations des gens.  L’explication du décret était un peu bancale comme si on ne savait pas trop à quoi servait ce décret.  Une réponse  est venue et c’était que cela servait à uniformiser l’ensemble des villes dans l’application de la loi sur la protection des rives et des plaines inondables.   Tout le monde pareil!   On veut faire déménager tous ceux qui ont plus de 50% de la valeur inscrite à l’évaluation municipale, autrement dit, exproprier les résidences en zones 0-20 ans en mettant des plafonds à la somme versée via la sécurité publique.    C’est désolant à voir.

Évidemment pour ceux du Comité qui rencontrons sporadiquement  les représentants de la ville afin de clarifier l’application des règles en zone 0-20 ans et qui voulons depuis l’application du décret de 2013 assouplir les règles dans les zones dite de plaines inondables, il nous apparaît que le décret récent ne fait que reproduire la loi actuelle en ajoutant des pouvoirs à un comité dit d’expert de l’environnement et de la gestion des eaux, et de l’aménagement urbain pour évaluer les demandes d’exceptions que les villes voudraient accorder.   Et si cela ne suffit pas à mettre tous les freins, on ajoute un outils qui permet au ministre d’ajouter les critères qu’il jugera pertinents.

ET si on se fit à l’expérience passée ce processus sera long pour finir le plus souvent à rien.

Si vous êtes intéressé à voir ce que les gens des différentes régions en pensent, vous serez surpris de voir que les plaintes sont très similaires d’une région à l’autre.

Voici quelques liens:

Réaction des citoyens de Gatineau

ET voilà un maire qui soutient sa communauté; voici la lettre qu’il adressait à David Heurtel et Martin Coiteux;   Le maire de Gatineau a la même problématique que nous,  il constate comme nous, que le récent décret mène à une expropriation.   Plus on y pense, plus c’est évident.  Pourquoi ne pas défrayer le plein coût d’une expropriation dans ces conditions?

Modification du décret zones inondables 2017-07-19

Lettre du maire de Gatineau

En savoir plus…

On est au bout!

Le Devoir Nouvelles,  Inondations Printanières, Laxisme et irresponsabilité, Auteur Robert Dutrisac, Le Devoir

 

Donnez-nous vos commentaires!

Expropriation à bon marché!

 

Dans le reportage suivant  de Radio-Canada, vous verrez comment le ministre Coiteux et le ministre Heurtel se positionnent en regard  des commentaires reçus lors des assemblées publiques obligatoires pour le projet de décret.

On exproprie les plus pauvres

avec allégement partiel du fardeau pour ceux qui ont des terrains ayant une certaine valeur!    Mais le maximum que vous pouvez recevoir sera toujours de 250,000 au maximum.

Encore de légère modification pour faire passer la pilule de l’expropriation des plus pauvres!   Bon on perdra moins sur la valeur du terrain si notre évaluation de maison est très basse et qu’on se fait déloger de notre quartier,  est-ce vraiment une bonne nouvelle?

Maintenant qu’on tient compte du coût de reconstruction de la résidence pour l’évaluation, certains pourront reconstruire alors qu’ils ne le pouvaient pas en tenant compte de la seule évaluation municipale du bâtiment.   Aussi on entend que la reconstruction pourra se faire avec des solages hydrofuges comme pour les maisons qui ont été construit avec les règles d’avant 2013 et qui ont très bien résisté à l’inondation avec ces mesures de protection.

Malgré cela, il semble que notre gouvernement insiste sur la délocalisation des maisons qui sont dans le 0-20 ans.   Est-ce que les citoyens de Laval-Ouest et Fabreville-Ouest  qui sont construits dans cette zone pourront bénéficier d’une certaine exception puisque les infrastructures municipales sont présentes et que nous avons un quartier  bien installé ou le domaine bâti dépasse les 75%?  (Comme la politique de protection des plaines inondables et des rives le prévoyait!)   On nous laisse entendre cela mais, comment se fier à nos dirigeants qui font tout pour exclure les citoyens concernés depuis déjà un certain temps.   De plus en plus difficile de croire aux bonnes intentions…  dans ce contexte la grogne s’installe!

Va-t-on exproprier les victimes des feux de forêt puisque cela est aussi en partie dû aux changements climatiques et qu’ils vivent dans des endroits à risque?   Fera-t-on la même chose avec les victimes des îlots de chaleur?    Et s’il y a sècheresse, laisserons-nous des villages ou des villes sans appui?    Le réchauffement apporte des éléments de perturbation qui touchera plusieurs groupes de citoyens alors vaut mieux y penser à deux fois avant d’établir des politiques à long terme qui écraseront les citoyens.   Les conflits sociaux pourraient venir très vite si on fait n’importe quoi!   Quand le feu est pris dans la maison,  qu’il y a urgence, ce n’est pas le temps de réfléchir longuement à ce qu’on pourrait sauver si on va vite.

La stratégie de passer les mauvaises solutions pendant la période de vacance n’a pas fonctionnée cette fois puisque les citoyens inondés n’ont pas de vacance cette année!   Alors, ils sont là et espère un peu mieux de nos représentants.

Voici ce qu’en disent les sinistrés de plusieurs régions suivant cet autre article de Radio-Canada:

On tente de nous exproprier à peu de frais!

Sera-t-il possible de reconstruire en zone inondable 0-20 ans???

Suite au décret récent visant l’application stricte des règles, le Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) organise une rencontre avec les citoyens qui ont subi des inondations ce printemps.

Seront présent selon nos informations actuelles les principaux décideurs de cette politique.

Lundi 10 juillet 2017  à  19h
Au Château Royal
Salle Athéna-Monaco-Rome
3500, boul. du Souvenir
Laval,  Qc         
H7V 1X2

Vous pouvez lire les orientations du gouvernement en cliquant sur le lien suivant:    Orientation du Gouvernement face à la reconstruction dans le 0-20 ans

(Nous vous invitons à lire ce texte afin de mieux préparer vos questions ou vos prises de position lors de l’assemblée publique.  Revoir aussi les articles précédents;   Les citoyens, le maire et les autres!   )

Selon les intentions actuelles, il semble que le gouvernement du Québec via le MAMOT  souhaite empêcher la reconstruction en zone 0-20 ans!    On veut appliquer de manière uniforme peu importe les situations concrètes des règles générales qui sont  plutôt inadéquates pour protéger les citoyens résidents dans les zones 0-20 ans de notre secteur.

Face à cette attitude autoritaire et sans flexibilité devons-nous réagir?   Quelles étaient les maisons les mieux protégées lors de l’inondation récente?   Pourquoi ne pas permettre des solutions optimales qui ne heurte en rien l’environnement dans un secteur asséché depuis plus de 70 ans?    Le printemps exceptionnel que nous avons connu n’indique pas nécessairement une tendance lourde comme le mentionnait les scientifiques.   On nous sort les épouvantails pour mieux nous soumettre à un dictat idéologique sans plus.    La mode des fausses réalités continue pour mieux contrôler les gens concernés.

Et on nous demande de ne pas être sceptique face à nos élus?!?

Venez donc en nombre manifester votre point de vue face à ces personnes qui appliquent de manière étroite des principes s’établissant sur des généralisations outrancières!

 

Pour toutes questions ou plaintes en lien avec le décret
161, rue de la Gare, bureau 210
Saint-Jérôme (Québec) J7Z 2B9
Téléphone : 450 569-7646
Télécopieur : 450 569-3131
Courriel : Dr.Laurentides@mamot.gouv.qc.ca